Une carapace pour deux

Public

Cycle I (à partir de 5 ans)

Thèmes

lapin, tortue, humour, cohabitation, amitié

Résumé

C’est l’histoire d’une tortue qui se sentait bien seule dans sa carapace. Celle-ci décide alors de poster une annonce de colocation et, après consultation des différents profils, elle trouve le candidat parfait à ses yeux : un lièvre ! Mais est-ce que ce dernier saura correspondre aux attentes de la tortue ? Et attention, comme dans bien d’autres histoires de lapin, un chasseur sera également de la partie…

Auteur
.rice

Né en 1961, Éric Sanvoisin a commencé à écrire vers l’âge de 10 ans. Avec plus de 70 ouvrages pour les enfants et les adolescents publiés par différents éditeurs, il est devenu un auteur jeunesse particulièrement prolifique. Il est aussi bibliothécaire en Bretagne (St-Brieuc). À L'Étagère du bas, il a écrit deux albums illustrés par Delphine Jacquot: Marions-les ! (2019) et Une carapace pour deux (2021).

Illustrateur
.rice

Après une formation de dessinatrice-maquettiste et un diplôme en communication aux Beaux-Arts de Rennes, Delphine Jacquot profite d’un échange Erasmus pour suivre des cours d’illustration aux Beaux-Arts de Bruxelles. Ensuite, elle collabore rapidement avec différentes maisons d’édition pour la jeunesse et remporte le Grand Prix de l’illustration 2014. À L'Étagère du bas, elle a illustré deux albums écrits par Éric Sanvoisin: Marions-les ! (2019) et Une carapace pour deux (2021).

Screen Shot 2022-03-01 at 13.47.58.png

Avant la
lecture

Laisser les enfants observer la couverture pour qu’ils repèrent les informations essentielles (titre, auteur, éditeur). Puis les laisser observer, décrire l’illustration et émettre des suppositions : quels personnages apparaissent et que font-ils ? (On voit une tortue : elle porte un chapeau, des lunettes et une veste. Ses yeux sont grands ouverts et elle regarde un lièvre qui se trouve sous sa carapace et dont seules les pattes et la tête dépassent. Ses yeux sont grands ouverts également, on dirait qu’il a peur ou qu’il a l’air surpris.) Dans quel environnement se trouvent-ils ? (Ils sont entourés de végétation – plantes, arbres, feuilles – et d’une petite cabane à oiseau. C’est la couleur verte qui domine sur cette illustration.) Qu’apprend-on sur la quatrième de couverture ? (Que la tortue, qui se sent seule, a décidé de chercher un colocataire et que le lièvre a répondu à cette annonce.) De quoi va parler le texte ? (De cette colocation originale !)

Cet album est l’occasion de retrouver le duo Éric Sanvoisin et Delphine Jacquot déjà réunis pour le très réussi et plusieurs fois récompensé Marions-les ! (2019). Cette fois encore, les illustrations colorées et très travaillées sont mises au service d’un texte drôle, déjanté et riche en rebondissements, qui saura séduire les enfants autant que développer leur vocabulaire et les initier à l’humour absurde.

Jeux/activités
(à adapter en fonction de l’âge et de l’intérêt
des enfants)

- L’album est un bel hommage à la nature, à la faune et à la flore. Les enfants peuvent-ils lister tous les animaux et insectes qui apparaissent au fil des illustrations ?

- En s’inspirant de l’univers très riche et coloré de Delphine Jacquot, les enfants peuvent-ils dessiner un autre intérieur, une autre décoration à la carapace ? Pourquoi ne pas imaginer également un autre colocataire pour la tortue ?

- Les enfants connaissent-ils la fable Le Lièvre et la Tortue ? On peut leur lire, leur présenter et essayer d’établir des comparaisons avec le texte d’Éric Sanvoisin.

- En s’inspirant des annonces du « Journal qui ne raconte pas de salades », les enfants peuvent-ils imaginer leur propre annonce ? Pour trouver un·e colocataire ou pour ce qu’il souhaite !

< Retour aux livres

Compréhension du texte

Qu’apprend-on sur la tortue ?
Elle ne sort jamais sans sa maison.

En quoi est-ce pratique ?

Quand elle a soif, faim ou une envie pressante, elle a tout à portée de main !

Que lui suffit-il de faire pour être tranquille chez elle ?

De rentrer les pattes, la tête, bien à l’abri sous sa carapace.

Comment est son chez-elle ? S’y plaît-elle ?

Il est petit mais « coquet », et elle s’y plaît beaucoup !

Que lui manque-t-il cependant ?

De la compagnie, quelqu’un à qui parler : elle se sent seule. Sur l’illustration, on voit d’ailleurs qu’elle a préparé à dîner et dressé la table pour deux personnes.

Quelles conséquences cela a-t-il ?
Elle est déprimée, a du mal à dormir.

Quelle est la solution ?

Trouver quelqu’un pour lui tenir compagnie.

Comment procède-t-elle pour trouver un colocataire ?

Elle publie une annonce dans le journal.

Quelle est la particularité de ce journal ?

Il ne publie que des articles et annonces concernant des animaux !

Trouve-t-elle son bonheur ? Pourquoi ?

Non, au bout de dix jours, elle n’a toujours pas de réponse. Elle se dit que cela vient certainement de la Poste.

Que décide-t-elle de faire pour remédier à ce problème ?

Elle se rend chez le facteur pour tirer tout cela au clair.

Que lui répond ce dernier ?

Il est bien embêté pour lui livrer son courrier : elle bouge tout le temps, puisqu’elle vit dans sa carapace, et n’a donc pas d’adresse !

Est-ce que la tortue contredit le facteur ?

Non, elle est d’accord : elle ne tient pas en place et s’arrête chaque soir dans un endroit différent pour dormir.

Mais au final, que lui remet le facteur ?

Trois lettres qu’elle avait reçues et qu’il n’avait pas pu lui délivrer.

Que dit la première ?

Elle a été écrite par un éléphant et c’est une réponse à son annonce. Ce dernier lui écrit qu’il aimerait vivre chez elle car il en a assez de devoir dormir sous la pluie.

Qu’en pense la tortue ?

Qu’elle ne peut malheureusement pas accueillir un éléphant chez elle par manque de place.

Qui est l’auteur du deuxième courrier ?

Une fourmi, qui répond également à son annonce.

Quelles sont ses motivations ?

Elle a besoin d’avoir son propre espace et c’est impossible dans une fourmilière.

La tortue est-elle convaincue ? Pourquoi ?

Pas vraiment ! Les fourmis travaillent tout le temps, sont hyperactives ; la tortue tient à garder une certaine tranquillité.

Enfin, que dit la dernière lettre et qui la lui a adressée ?

C’est un lièvre qui lui écrit. Il souhaite vivre avec elle car c’est une évidence ; le lièvre et la tortue, c’est une histoire connue. Et puis il la rassure, même s’il a de longues dents, il se nourrit essentiellement de carottes.

Que décide la tortue ?

Elle semble séduite par cette colocation éventuelle ! Et lui répond aussitôt.

Le lièvre met-il du temps à emménager ?

Non, il arrive le lendemain et sans bagages.

Que lui indique-t-il sur son mode de vie ?

Qu’il n’a pas besoin de grand-chose, qu’il cherche sa nourriture la nuit et dort durant la journée.

Cela convient-il à la tortue ?

Pas vraiment, car elle a un rythme opposé : elle ne pourra pas bénéficier de la compagnie qu’elle recherchait et puis cela risque de la déranger. Elle est dépitée.

Que veut faire le lièvre ensuite ?

Il demande à se reposer car il a fait un long voyage… mais il s’installe dans le lit de la tortue plutôt que dans le clic-clac qu’elle lui avait préparé.

Que se demande ensuite notre tortue ?

Si elle n’a pas fait une erreur en accueillant le lièvre. Et elle en vient à regretter les autres candidats.

Puis finalement, que fait-elle pour se changer les idées ?

Elle décide d’aller faire des courses.

Que se passe-t-il alors ?

À son approche, toute la nourriture qu’elle mange d’habitude (salade, pissenlits, pâquerettes, framboises) prend peur et s’enfuit. Et notre tortue ne peut rien manger de la journée.

Pourquoi ?

À cause du lièvre et de ses ronflements ! C’est d’ailleurs son ombre qui apparaît au sol et pas celle de la tortue.

Le soir venu, que se passe-t-il quand elle rentre ?

Le lièvre est réveillé et il a faim. Il file donc pour aller manger.

La tortue en profite-t-elle pour manger à son tour ?

Non, car elle est trop fatiguée et tombe de sommeil. (On la voit qui rêve de salades, de pâquerettes et de framboises effrayées.)

Que se passe-t-il le lendemain matin ?

Elle est réveillée par les ronflements du lièvre. Et elle décide d’aller faire des courses… mais la nourriture fuit, effrayée par le lièvre, comme la veille.

Cette fois, que ressent la tortue ? Et comment réagit-elle ?

Elle est en colère. Et elle hurle sur le lièvre pour le chasser de chez elle, mais il ne se réveille pas et continue de ronfler. Alors elle attrape le lit dans lequel il dort, et le traîne dehors, puis elle claque la porte de sa carapace et s’éloigne.

Qui croise-t-elle sur son chemin ?

Un chien de chasse suivi de son maître.

Puis, quelle réflexion se fait-elle ?

Elle se dit que le lièvre court un très grand danger ! Alors que s’il s’était trouvé dans sa carapace, il aurait été à l’abri. La tortue semble tourmentée par sa conscience, représentée par les deux petites tortues ange et démon.

Quelle réaction ont les autres animaux à la vue du chasseur et du chien ?

Ils semblent effrayés.

Finalement, que décide la tortue ?

De porter secours au lièvre, qui n’a aucune chance face au chasseur s’il est endormi. Elle fait demi-tour et se précipite vers son ancien colocataire en criant pour l’avertir, mais sa carapace est trop lourde et elle a peur d’arriver trop tard.

Quand elle atteint le lit où était couché le lièvre, que trouve-t-elle ?

Un lit vide et taché de sang, et elle est si choquée qu’elle s’évanouit.

Par quoi est-elle réveillée ?

Par quelqu’un qui lui donne des claques : c’est le lièvre !

Elle n’ose pas ouvrir les yeux, pourquoi ?

Elle se sent coupable car elle pense que le lièvre a été tué à cause d’elle. Elle croit même qu’elle est morte.

Pourquoi ouvre-t-elle finalement les yeux ?

Car elle reconnaît la voix du lièvre ; il est donc bien vivant !

Que s’est-il passé lorsque le chasseur et son chien ont trouvé le lièvre dans son lit ?

Le chasseur a voulu lui tirer dessus et, au même moment, le chien lui a sauté dessus : le chasseur a donc tiré sur son chien. C’est pourquoi la tortue a vu du sang sur les draps.

À quel élément de l’illustration voit-on que la tortue a désormais la conscience tranquille ?

La minitortue ange a ligoté la minitortue démon à un arbre. Cela signifie que la tortue pense avoir bien agi.

Comment la tortue réagit-elle au récit du lièvre ?

Elle éclate de rire tant elle est soulagée.

Quelle question se pose le lièvre après ces événements ?

Il se demande comment son lit s’est retrouvé dehors !

La tortue lui dit-elle la vérité ?

Non, elle prétend qu’il a peut-être mal fermé la porte de sa carapace en rentrant et que le lit a glissé avec le roulis.

Quelle décision prend le lièvre au final ?

Il décide de retourner vivre chez sa mère car il s’y sentira plus en sécurité.

La tortue tente-t-elle de le retenir ? Pour quelle raison ?

Non, car elle se dit finalement que sa carapace n’est pas faite pour deux.

Comment se sent-elle à la fin de cette histoire ?

Pour la première fois depuis longtemps, elle se sent heureuse d’être seule chez elle.