Pétille colère

Public

Cycle I (à partir de 5 ans).

Thèmes

colère, émotions, animaux, danse, tempête

Résumé

Pétille est fâchée, très fâchée. Ses yeux mouillent, les meublent tremblent, tout valse autour d’elle. Dans son ventre, une boule de feu remue et parcourt son corps. Un désordre règne dans sa tête : elle est en colère. C’est une tempête monstre qui se déchaîne et emporte tout sur son passage. Mais, quand différents animaux l’interpellent, la petite fille se métamorphose. Peu à peu, la houle se transforme en fougueux pas de danse…

Auteur
.rice

Amélie Carpentier est diplômée de l’École d’Arts Décoratifs de Strasbourg. En tant qu’illustratrice, elle travaille pour la presse et l’édition. Elle a également publié Pangu, la naissance du monde, aux éditions Biscotos en 2019 et Les Choses à se dire, avec Pei-Shun Shih aux éditions Hung Fei en février 2022. Ses créations sont colorées, sensibles et foisonnantes de détails. Pétille Colère est son troisième album pour enfants.

Illustrateur
.rice

Screen Shot 2022-03-01 at 13.47.58.png

Avant la
lecture

Laisser les enfants observer la couverture, puis la quatrième de couverture, pour qu’ils repèrent les informations essentielles (titre, auteur, éditeur). Puis les laisser observer et émettre des suppositions : quel personnage apparaît et que fait-il ? (Sur l’illustration de couverture, on voit une petite fille qui semble voler ou tomber. En tout cas, son corps est en mouvement. Il s’agit certainement du personnage principal de cette histoire.) Que peut-on dire de son environnement ? (On voit de nombreux objets qui semblent tomber, voler dans tous les sens, comme elle.) Quelle est l’expression du visage de la fillette ? (Elle ferme les yeux et semble faire la moue : elle a l’air contrariée.) Que nous révèle la quatrième de couverture ? (Que la petite fille s’appelle Pétille et qu’elle est très fâchée. Cette histoire va parler de sa colère.) Quels sont les différents objets/éléments qui apparaissent sur la couverture ? (Un livre, une voiture, un jeu à empiler, une chaise, une grenouille, une lampe, une table, un câble électrique, un vélo, une table, des fraises, des petits pois, des arbres, des nuages, un petit chien.) Quels éléments essentiels expriment une impression de mouvement, de vitesse, de chaos ? (Les différents traits, bleus et rouges, horizontaux, en diagonale et arrondis, donnent cette impression.)

Dans cet album, Amélie Carpentier alterne habilement entre une explosion de couleurs, à la hauteur de la colère de la petite héroïne, des images fortes qui décrivent le tourbillon qui s’empare de Pétille, et des illustrations plus poétiques et douces qui traduisent une certaine accalmie et une meilleure gestion de la colère. En effet, grâce à sa rencontre et ses échanges avec plusieurs animaux, la petite fille va parvenir à canaliser cette énergie bouillonnante et à la transformer en quelque chose d’agréable pour elle, et même créatif. La colère est une émotion, au même titre que les autres, et ne doit pas être tue : il appartient simplement à chacun de trouver la façon de l’exprimer qui lui correspond et ainsi de mieux la vivre. Ce message de l’autrice est d’ailleurs transmis de manière très claire et efficace grâce à un récit à la première personne que les enfants saisiront immédiatement.

Jeux/activités
(à adapter en fonction de l’âge et de l’intérêt
des enfants)

- Les enfants peuvent-ils énumérer tout ce que fait Pétille sur les pages de garde ? Et pourquoi pas la dessiner en train d’exprimer sa colère d’une autre manière ?

- Sur l’avant-dernière page, tous les animaux expliquent ce qu’ils font lorsqu’ils sont en colère : les enfants peuvent-ils lister les animaux ainsi que leur façon de gérer. Sur le même modèle, ils pourront se dessiner (en utilisant la technique de leur choix) en train d’exprimer leur colère et indiquer ce qu’ils font à côté du dessin.

- On peut également apprendre les cris des différents animaux : le livre nous dit que les oiseaux caquettent et croassent, mais qu’en est-il des autres animaux présents ?

- On remarque que certaines phrases de l’histoire sont en couleur et entre guillemets : les enfants peuvent-ils les relever ? (« Poissons et flacons, peintures et tentures, moquettes et socquettes… tricots et cache-pots, rideaux et chapeaux. » « De vent et de verres, de plantes et branches, d’assiettes et de blettes… de bois et de pois, de fraises et de chaises. » « Pipeaux et bibelots, bouquets et gobelets, jouets et sifflets… ») Quel élément remarque-t-on proche de ces phrases ? (On remarque des notes de musique, qui laissent penser qu’il s’agit de paroles de chanson. Peut-être est-ce La Chanson de la colère imaginée par Pétille !)

- Pour aller plus loin, on peut proposer un exercice d’écriture : imaginer, sur ce modèle, une autre chanson de la colère, seul ou en groupe !

< Retour aux livres

Compréhension du texte

Qui retrouve-t-on sur la première illustration ?
Pétille, la petite fille de la couverture.

Comment se sent-elle ? Qu’est-ce qui nous l’indique ?

Elle est très fâchée, et son attitude (bras croisés, visage fermé, sourcils froncés) vient nous le confirmer.

Quel autre élément symbolise la colère ?

Le nuage noir au-dessus d’elle.

Pourquoi est-elle fâchée ?

Elle voulait un biscuit qu’on lui a refusé, garder des jouets qu’on lui a pris et s’est fait disputer.

Qui raconte cette histoire ? Comment le sait-on ?

Pétille elle-même. On le sait grâce au « je ».

Que vient confirmer la double-page suivante ?

Qu’elle est bel et bien fâchée.

Où se trouve-t-elle ? Quels éléments/objets nous l’indiquent ?
Dans une pièce qui ressemble à un salon. Il y a un canapé, une cheminée avec un feu et un grand tapis sur lequel Pétille est assise avec ses jouets.

Que se passe-t-il suite à cette colère ?

Ses yeux se mouillent, puis les murs bougent.

Que constate-t-on sur l’illustration suivante ?

Il s’agit de la même pièce mais tous les traits, tous les objets sont tordus.

À ce moment, que ressent-elle dans son corps ?

Une boule de feu dans son ventre, qui parcourt son corps, va dans ses bras, ses mains, ses pieds, sa gorge, sa tête et même ses cheveux.

Quelles sensations physiques lui procure la colère ?

Elle la pique, la gratte, l’embarrasse.

Que se dit Pétille alors qu’elle regarde désormais par la fenêtre ?

Que le désordre règne dans sa tête.

Qu’arrive-t-il à ce désordre mental ?

Il se matérialise et emporte tout sur son passage ! C’est le chaos dans le salon. Les objets s’envolent par la fenêtre.

La colère poursuit-elle son chemin ?

Oui, elle va dans le jardin et emporte tous les objets, et Pétille. (Les enfants ont-ils reconnu l’illustration de couverture ?)

Que nous dit le texte ? Quelle impression cela produit-il ?

Que la tempête éclate : cela vient accentuer l’impression de force de cette tempête.

Quel personnage Pétille rencontre-t-elle à la page suivante ?

Un oiseau.

Que lui demande-t-il ?

Qui elle est, si elle est à l’origine du boucan et ce qui l’a déclenché.

Que lui répond Pétille ?

Que la colère l’a envahie et qu’elle ne sait pas comment la chasser.

Quel conseil lui donne l’oiseau ?

D’utiliser l’énergie que lui donne la colère pour danser !

D’ailleurs, que fait l’oiseau lorsqu’il est en colère ?

Il prend une grande inspiration et danse.

Pétille suit-elle son conseil ?

Oui, on la voit bouger de droite à gauche, à la renverse.

De quelle sorte d’oiseau s’agit-il ?

D’une alouette.

Qui rencontre Pétille ensuite ?

Un lapin.

Que répond Pétille lorsqu’il lui demande ce qui la met en colère ?

Qu’il y a beaucoup de choses…

Que lui révèle le lapin ?

Qu’il se met lui aussi parfois en colère.

Que fait-il pour appuyer son propos ?

Il mime ses différentes attitudes lorsqu’il est en colère.

Mais que constate la fillette à propos de la dernière ?

Ça ne marche pas ! Le lapin n’a pas l’air en colère : il danse et sourit.

De quoi parle-t-il ensuite à Pétille ?

De ce qu’il aime faire quand il n’est pas en colère : se détendre, grignoter, rigoler, se déguiser.

Qu’aime-t-il grignoter ?

Des carottes et de la salade.

Avec quoi se déguise-t-il ?

De grandes feuilles, qu’il utilise comme chapeau.

Qui rencontrent ensuite Pétille et le lapin ?

Une belette à qui elle se confie également sur sa colère.

Que lui répond l’animal ?

Qu’elle fait bien de lui dire, car il lui arrive aussi de se mettre en colère.

Comment fait la belette pour gérer sa colère ?

Elle étire ses bras au maximum, puis rassemble son énergie près du cœur, et saute très haut !

Mais que se passe-t-il ensuite ?

La belette a sauté tellement haut qu’elle a disparu et ses nouveaux amis la cherchent.

Où a-t-elle atterri ?

Dans un arbre !

Et après la belette, qui parle de colère et de sa manière de la gérer ?

Tous les animaux des bois ! Blaireau, souris, cerf, sanglier, chouette, abeille, taupe, hérisson, oiseaux.

Quelle conclusion en tire Pétille ?

Qu’il y a mille et une façons de vivre sa colère et que la sienne en est une. Elle reprend d’ailleurs les termes qu’elle avait utilisés au début de l’histoire, mais ils résonnent différemment.

Est-ce que Pétille adoptera cette manière de se mettre en colère à l’avenir ?

Pas forcément, car elle pense en expérimenter d’autres avant de déterminer quelle est sa préférée.

Et quelle est la meilleure manière de le savoir ?

Attendre la prochaine colère !