Le Petit Cafard de Maman

Public

Cycle II (à partir de 7 ans)

Thèmes

imagination, famille, dépression parentale, expression

Résumé

« Soyez sages ! Maman a un petit cafard qui la fatigue ! » : les mots de Papa résonnent dans la tête du petit garçon qui s’interroge sur la tristesse de sa mère. Il sollicite son entourage et chacun lui donne sa vision du cafard. Aucune explication ne semble réellement convenir... Finalement, il ne voit qu’une solution : le combattre. Le mode « mission secrète » est activé et le petit garçon se transforme en chevalier courageux prêt à affronter le terrible insecte !

Auteur
.rice

John Lavoignat a commencé à écrire dans des magazines pour enfants dès la fin de ses études de philosophie. Au fil de sa carrière, et après avoir été secrétaire de rédaction, il s’est spécialisé dans la conception de jeux pour la presse jeunesse. Il a publié Un ours dans ma classe avec l’illustratrice Csil (Saltimbanque éditions) et Énigmes et casse-tête avec Théo Calmejane (Milan). Il est aussi chroniqueur pour des sites spécialisés sur la culture ou la littérature, et est également acteur et photographe. Originaire de Dijon, il vit désormais à Toulouse.

Illustrateur
.rice

Sophie Jackson est une artiste passionnée d’illustration et de céramique, aujourd’hui installée à Berlin. Elle utilise les techniques de la peinture acrylique et de l’art digital. À travers ses œuvres, elle aborde avec poésie les différentes expériences que la vie réserve parfois, tout en s’inspirant de son propre vécu d’immigrée chilienne. Le Petit Cafard de Maman est son premier album jeunesse.

Screen Shot 2022-03-01 at 13.47.58.png

Avant la
lecture

Laisser les enfants observer la couverture pour qu’ils repèrent les informations essentielles (titre, auteur, éditeur). Puis les laisser observer, décrire l’illustration et émettre des suppositions, sans les laisser voir ou leur lire la quatrième de couverture : quels personnages apparaissent et que font-ils ? (On voit un petit garçon et sa maman. Ils sont de dos, debout, se tiennent la main en se regardant. Ils se sourient légèrement. On aperçoit également un chat noir qui les observe, caché dans les feuillages. On voit qu’ils s’éloignent d’une sorte de jungle sombre pour se diriger vers un endroit très lumineux : cela peut vouloir dire que la maman va finir par traverser cette zone d’ombre et laisser le cafard derrière elle.) Que remarque-t-on au sol ? (L’ombre de la maman est en forme de cafard !) Qui apparaît sur la quatrième de couverture ? (Le cafard !)

Dans cet album, John Lavoignat aborde de manière décalée, subtile et à travers le regard d’un petit garçon un sujet important et pourtant assez rare en littérature jeunesse ; celui de la dépression parentale. Les illustrations douces et poétiques de Sophie Jackson, couplées à l’imagination débordante et aux réflexions touchantes du petit héros vont permettre de traiter ce sujet grave avec beaucoup de légèreté, d’humour et d’optimisme.

Jeux/activités
(à adapter en fonction de l’âge et de l’intérêt
des enfants)

- Les enfants connaissent-ils d’autres livres dont le personnage principal est un ours ? On peut penser à Petit Ours Brun, Winnie l’Oursin, au conte Boucle d’or et les Trois Ours, aux aventures de Pompon ours par Benjamin Chaud, Björn de Delphine Perret, etc. Il existe une multitude de références à leur faire découvrir : voir liste en Babelio.

- On peut présenter aux enfants les 8 espèces d’ours (brun, polaire, noir d’Asie et d’Amérique, à lunettes, panda géant, lippu, malais) qui peuplent la terre, en leur donnant les caractéristiques principales de chaque espèce. Pourquoi ne pas les placer sur une carte du monde et en profiter pour parler de leur habitat naturel ? L’occasion également de les sensibiliser à la préservation de ces espèces.

- À la façon de Mélodie Baschet (par exemple, à la gouache), les enfants peuvent-ils représenter l’espèce d’ours de leur choix dans son milieu naturel ?

- Pourquoi ne pas fabriquer un masque d’ours polaire, voir un exemple ici. Ou un ours brun à accrocher dans leur chambre ici.

< Retour aux livres

Compréhension du texte

Qui raconte cette histoire ?
Grâce à la première double-page, on comprend que c’est le petit garçon qui apparaît au premier plan.

Que nous apprend-il sur sa maman ? Quel détail sur l’illustration vient le confirmer ?

Elle est triste et ne sort plus de sa chambre. On voit d’ailleurs une boîte de mouchoirs en papier sur son lit.

Comment son père explique-t-il cela ?

Il dit qu’elle a « un petit cafard », comme l’indique aussi le titre du livre.

Quels personnages apparaissent sur cette première double-page ?

La mère, le père, le garçon et sa grande sœur.

Qu’aimerait faire le garçon ?

Aider sa mère à aller mieux, mais il ne sait pas comment faire.

Que se demande le garçon sans oser le demander à son père ?
Ce qu’est un cafard.

Alors à qui s’adresse-t-il ?

À sa grande sœur.

Répond-elle à sa question ?

Pas vraiment ! Elle lui dit simplement que c’est moche.

Alors que décide-t-il de faire ?

De demander à son maître d’école.

Que lui répond ce dernier ?

Il lui décrit un cafard, l’insecte, « pas très beau », rapide, qui aime les endroits pas propres et se promène le long des murs.

Quelle est la réaction du garçon face au cafard que le maître dessine au tableau ?

Il ouvre grand la bouche ; il a l’air surpris voire effrayé.

Que comprend-on page suivante ?

Qu’il est en fait dégoûté par le cafard et la saleté qu’il affectionne.

Quelle solution propose-t-il à son père ?

De l’aider à faire le ménage pour faire fuir le cafard.

Son père accepte-t-il ?

Il a déjà fait le ménage.

Qu’est-ce que le garçon décide de faire ensuite ?

Il tend un piège au cafard en collant du scotch au pied des murs.

Mais qui tombe dans ce piège au réveil ?

Son père !

Cherche-t-il à comprendre pourquoi son fils a fait ça ?

Non, il se fâche, ne trouve pas ça drôle et punit son fils sans que ce dernier n’ait eu le temps de s’expliquer.

Où le garçon décide-t-il de se rendre pour collecter des informations sur le cafard et ainsi l’attraper ?

À l’animalerie de son oncle René.

Que pense son oncle des cafards ?

Il ne les aime pas et espère qu’il n’y en a pas dans sa boutique.

Quel animal propose-t-il plutôt de donner à son neveu ?

Un chat ou une tortue dont il n’a pas le temps de s’occuper.

Quel cauchemar fait le garçon une nuit ?

Ses parents et sa sœur sont devenus des cafards géants.

Quelle idée lui donne ce cauchemar ?

Il pense se déguiser en cafard et ainsi attirer le cafard hors de sa cachette et de la chambre de sa mère.

Comment va-t-il créer son déguisement ?

Il veut utiliser les cartons qui se trouvent dans le garage, puis les peindre en noir avec l’aide de sa sœur.

Révèle-t-il son projet à cette dernière ?

Non, c’est une mission secrète ! Il lui dit que c’est un costume de chevalier du futur.

Comment se déroule cette mission ?

Vêtu de son déguisement, il entre dans la chambre de sa mère sur la pointe des pieds et guette le cafard qui devrait sortir de sa cachette !

Comment réagit sa mère ?

Elle est très étonnée et lui demande ce qu’est ce costume.

Que prend-il soin de faire pour ne pas faire échouer son plan ?

Il chuchote pour ne pas révéler son identité humaine au cafard.

Que répond la mère lorsque le garçon lui explique qu’il va ainsi la sauver ?

Elle dit qu’elle est plutôt effrayée par son costume.

Comment procède ensuite le garçon ?

Il fouille toute la chambre mais ne trouve pas le cafard !

Et la maman, comment se sent-elle ?

Si tout cela l’a amusée au début, elle semble à nouveau triste.

Quel constat fait ensuite notre petit héros ?

Que son plan ne fonctionne, que c’est trop difficile de chasser un cafard.

Quel personnage apparaît à ce moment, et qui l’appelle ?

Le voisin ! Il l’appelle pour lui montrer une chose « marrante ».

Quelle est-elle ?

Il regarde un chat noir en train de faire des bonds, qui parfois tente de fouiller dans le mur avec sa patte.

Que lui explique le voisin ?

Que le chat a repéré un cafard et qu’il aimerait en faire son goûter !

Quelle idée cela donne-t-il au petit garçon ?

Il décide de retourner voir son oncle à l’animalerie avec son père et d’accepter son cadeau : un chat. Il pense que ce dernier pourra chasser le cafard de sa maman.

Quel animal lui propose l’oncle ?

Un chat tout noir, le dernier qu’il lui reste.

Notre héros est-il d’accord ?

Oui, il trouve cela « encore mieux ». Peut-être parce que le chat qui chassait les cafards chez le voisin était noir aussi.

Que se passe-t-il quelques jours plus tard ?

Alors qu’il vient chercher son fils à l’école, le Papa est très heureux et il annonce que la maman n’est plus triste : son petit cafard a disparu.

Qui l’a chassé ?

La présence du chat et ses ronronnements ont fait du bien à la maman et son cafard a disparu.

Comment le garçon explique-t-il cela ?

Il pense que les ronronnements sont provoqués par le cafard que le chat a mangé, et qui tourne maintenant dans son ventre.

Quelle est la réaction du père ? Pourquoi ?

Il trouve cette explication rigolote car elle est fantaisiste, peut-être rit-il aussi car il n’y a jamais eu d’insecte dans la chambre. Le petit garçon n’avait tout simplement pas compris l’expression « avoir le cafard » qui signifie être triste.

Que veut faire à ce moment-là le garçon ?

Rentrer chez lui pour embrasser sa maman et écouter les ronronnements du chat qui, on peut le supposer, l’apaisent lui aussi.