Dépêche-toi, Alphonse A.

Public

Cycle I (à partir de 3 ans)

Thèmes

quotidien, apprentissage de l'heure, humour, relation père-fils, routine du matin

Résumé

« Dépêche-toi, Alphonse ! », crie Papa. C’est le matin et le petit garçon doit se préparer pour aller à l’école. Mais Alphonse a toujours quelque chose à faire : habiller sa poupée, réparer un livre, ranger sa petite voiture, lire le journal… Les aiguilles de l’horloge ont presque fait un tour complet, il est bientôt l’heure de partir. Mais, où est passé Papa ?

Auteur
.rice

Gunilla Bergström est née à Göteborg en 1942. Elle est l’auteure et l’illustratrice de ses albums. Elle écrit également de la poésie, des paroles de chanson et du théâtre pour enfants. En Suède, Alphonse Aubert (Alfons Åberg en suédois) est un classique de la littérature jeunesse. Depuis le premier livre paru en 1972, il s’est publié plus de vingt-cinq aventures d’Alphonse et son petit monde. Offrant de véritables petites scènes de la vie quotidienne, les histoires d’Alphonse font la part belle à l’imaginaire et à l’humour et les enfants y sont toujours pris au sérieux. Les albums d’Alphonse ont été traduits dans une trentaine de langues et sont régulièrement réédités. Rien qu’en Suède, plus de 5.000.000 d’albums ont été imprimés. Gunilla Bergström est décédée en août 2021. © Jörn H. Moen pour la photo

Illustrateur
.rice

Screen Shot 2022-03-01 at 13.47.58.png

Avant la
lecture

Laisser les enfants observer la couverture pour qu’ils repèrent les informations essentielles (titre, auteur, éditeur). Puis les laisser observer et émettre des suppositions : quel personnage apparaît et que fait-il ? (Sur l’illustration de couverture, on voit un petit garçon : si l’on a lu les précédentes aventures d’Alphonse, on le reconnaît immédiatement ! Si ce n’est pas le cas, on devine aisément qu’il s’agit du petit héros éponyme. Il semble ici emmêlé dans du ruban adhésif dont il essaye de se détacher avec une paire de ciseaux. Comment a-t-il bien pu se retrouver dans cette situation ?) Cette situation semble-t-elle l’affecter ? Quelle est l’expression de son visage ? (Pas le moins du monde ! Alphonse arbore un regard en coin et un sourire qui lui donnent un air malicieux.) Quel élément de l’illustration nous donne un indice important à propos de l’histoire ? (L’horloge au mur ! S’il est bientôt 7 heures et qu’Alphonse doit se dépêcher, l’histoire va certainement se dérouler avant son départ pour l’école. La quatrième de couverture vient confirmer cette hypothèse.)

Les petits lecteurs français découvrent ici la troisième aventure d’Alphonse Aubert – personnage culte de la littérature jeunesse suédoise – traduite et publiée par les Éditions de L’Étagère du bas. C’est cette fois la routine matinale – thème universel et intemporel renforcé par les illustrations originales et rétro de Gunilla Bergström – qui sert de prétexte pour mettre en avant la relation touchante et complice qui unit le jeune garçon et son père (l’unique figure parentale représentée). Comme dans les albums précédents, le papa d’Alphonse se montre très patient, attentionné : la différence cette fois est qu’il se met aussi en colère. Mais grâce à la malice et à l’intelligence de son fils, il va réussir à prendre du recul et à rire de la situation, autant que de lui-même. La preuve non seulement que les adultes peuvent et doivent parfois se remettre en question, mais aussi que les enfants sont capables de dispenser certains enseignements… aux parents qui sont prêts à les entendre. On se rend compte que la relation d’Alphonse et son père est véritablement basée sur l’échange. Par ailleurs, avec les différentes horloges qui rythment le début de matinée d’Alphonse, cet album constitue un support idéal pour apprendre l’heure ou s’exercer à la lire.

Jeux/activités
(à adapter en fonction de l’âge et de l’intérêt
des enfants)

- Quel élément essentiel de l’histoire revient sur chaque illustration ? (L’horloge !) Les enfants peuvent-ils lire l’heure indiquée sur chaque page ? En observant attentivement chaque horloge, peuvent-ils ensuite calculer combien de temps s’est écoulé entre chaque page ?

- On remarque également que le papa d’Alphonse est aussi représenté en petit à côté de chaque horloge : pourquoi ? Les enfants peuvent-ils décrire ses actions ? (C’est une façon pour l’illustratrice/autrice de nous faire comprendre qu’il évolue en même temps qu’Alphonse, en parallèle, à la même heure, mais dans une pièce différente. Il prépare la bouillie d’Alphonse en fumant sa pipe, lui sert, enlève son tablier, l’accroche, appelle son fils, boit son café. Il est représenté en petit et en noir et blanc car c’est un personnage secondaire. Alphonse apparaît en grand et en couleur car c’est le personnage principal de l’histoire et c’est sur lui que l’attention est avant tout portée.)

- En observant attentivement les doubles-pages 8-9 et 10-11, les enfants peuvent-ils décrire les jouets et objets qui peuplent le placard et la chambre d’Alphonse ?

- L’auteure/illustratrice utilise plusieurs techniques dans cet album : les enfants peuvent-ils les distinguer ? Quels éléments sont des collages ? des dessins (aquarelle) ?

- En observant la double-page 18-19, on constate que le petit déjeuner des enfants suédois est assez différent de celui des enfants français (en tout cas, en 1975, à l’époque de la parution du livre). En utilisant plusieurs techniques, comme Gunilla Bergström, les enfants peuvent-ils représenter une table de petit déjeuner typiquement français ?

- En suivant la même consigne, et en prenant modèle sur la double-page 20-21, peuvent-ils se représenter dans leur routine matinale, comme Alphonse ?

< Retour aux livres

Compréhension du texte

Quel personnage apparaît sur la première illustration ? Qu’apprend-on sur lui ?
Il s’agit d’Alphonse ! On apprend qu’il a 4 ans.

Qu’est-il en train de faire ? Pourquoi ?

Il enfile un pull car il doit bientôt partir pour l’école.

Que lui demande son papa depuis la cuisine ?

S’il est bientôt prêt.

Quelle heure est-il ?

Six heures.

En quelle classe est Alphonse ?

En maternelle.

Qui doit aussi s’habiller, selon Alphonse ?

Lisa, sa poupée.

Lorsque son papa lui demande de venir, que répond Alphonse ?
Qu’il doit d’abord habiller Lisa !

Où la place-t-il ensuite ?

Dans son armoire à jouets.

Et qu’est-ce qu’il y retrouve ?

La roue de sa Mercedes miniature qu’il cherche depuis longtemps.

Alphonse va-t-il rejoindre son père, comme il le lui a demandé ?

Non, il décide de remettre la roue ! Et cela lui prend un certain temps.

Que décide de faire Alphonse après cela plutôt que de rejoindre son papa ?

De ranger la Mercedes sur son étagère.

Et que découvre-t-il à ce moment-là ?

Son nouveau livre sur les animaux.

Quelle envie cela lui donne-t-il ?

De consulter la page sur les serpents.

Que fait son père pendant ce temps ?

Il s’impatiente et lui demande de venir car son petit déjeuner est prêt.

Alphonse va-t-il prendre son petit déjeuner ?

Non, il regarde la page des reptiles.

Mais de quoi s’aperçoit-il ?

Que la page est déchirée en plein milieu du python !

Que décide de faire Alphonse en cachette de son père ?

De réparer la page avec du ruban adhésif.

Que lui dit son père pendant ce temps ?

De se dépêcher !

Que mange Alphonse au petit déjeuner ?

De la bouillie.

Qu’arrive-t-il à Alphonse alors qu’il tente de réparer la page ?

Il s’emmêle les doigts dans le ruban adhésif (comme sur la couverture du livre !) mais finit par y arriver.

Qu’a-t-il à faire après ça ?

Une surprise pour son père, qui lui fera sans doute plaisir.

Pourquoi serait-il bien qu’il fasse plaisir à son père ?

Car ce dernier est en colère pour l’instant, à force d’appeler Alphonse qui tarde à venir.

À quoi voit-on que le papa est vraiment en colère ?

La phrase : « Alphooonse ! Viens tout de suite. Il va être sept heures ! » en gras.

Quelle phrase répétée par Alphonse pour éviter d’obéir à son père insupporte ce dernier ?

« Faut juste que… »

Alors que fait ensuite Alphonse ? Vient-il ?

Toujours pas. Il va chercher le journal pour lui apporter et lui faire plaisir.

Quelle idée traverse l’esprit d’Alphonse lorsqu’il voit une photo d’incendie en première page ?

Il se dit qu’il aimerait être pompier plus tard, qu’il n’aura pas peur du feu.

Alphonse vient-il ensuite lorsque son père, très en colère, lui demande de venir enfin manger ?

Il tente encore de se justifier (« fallait que ») mais finit par arriver.

En plus des phrases en gras, à quoi voit-on que le papa est énervé ?

Il imite Alphonse et lui dit qu’il le rend fou.

Que fait Alphonse lorsqu’il est près de son père ?

Il lui donne le journal.

Comment réagit le père ?

Il semble touché par cette attention et remercie son fils. Il est plus calme à présent.

Que s’imagine Alphonse en voyant son petit déjeuner ?

Que la bouillie représente la terre, le lait la mer et les airelles les bateaux.

Mais que lui demande son père en l’observant ?

De ne pas jouer avec la nourriture.

À notre plus grande surprise, de quoi s’aperçoit-on ensuite ?

Qu’Alphonse est capable de se dépêcher quand il l’a décidé !

Quelles actions accomplit-il en un rien de temps ?

Il finit sa bouillie, dépose son assiette dans l’évier, s’essuie le visage, se brosse les dents, prépare son sac, va chercher son manteau.

Quelle heure est-il lorsqu’il a fini ?

Sept heures pile !

Que crie-t-il alors ?

Il crie à son père qu’il est prêt, que l’horloge a sonné.

Que répond son père ?

Rien. Il ne répond pas !

Que se dit Alphonse ?

Que son père, impatient, est peut-être parti ? Peut-être lorsqu’il se brossait les dents ?

Alors, que décide de faire Alphonse ?

De le chercher !

Dans quelles pièces ?

Dans la chambre, dans la salle de bains, dans le salon.

Où se trouve-t-il finalement ?

Dans la cuisine, toujours en train de lire le journal !

Pourquoi Alphonse rit-il ?

Car quand il lui demande de venir, il trouve une excuse en utilisant la même formule que son fils : « Faut juste que… »

À quoi voit-on qu’Alphonse se moque gentiment de son père ?

Il l’imite lorsqu’il est en colère, avant de lui demander de venir.

Comment le père réagit-il à cette imitation ?

Il rit avec Alphonse.

Qu’est-ce qui fait rire le papa d’Alphonse exactement ?

Son fils, par sa malice, et son imitation qui est drôle ; la situation qui est cocasse car les rôles se sont inversés ; mais il rit aussi sans doute de lui-même. On dit qu’il fait preuve d’autodérision.