Public

Cycle II (à partir de 5 ans)

Thèmes

Russie, danse, destin, volonté, cygne

Résumé

Après avoir vu son premier ballet, la petite Anna est émerveillée et se donne les moyens pour percer dans le monde de la danse. Elle y parviendra et deviendra une grande danseuse étoile, surnommée le Cygne. Guidée par sa passion de la danse, Anna Pavlova a mené une vie absolument romanesque… un destin à découvrir !

Mots/
expressions qui peuvent poser problème 

« traîneau », « se hâter », « picoter », « valser », « tournoyer », « marmonner », « grâce », « mélodie », « sillonner », « cocktails », « tentaculaires », « arènes », « acclamer », « grelots ».

Avant la
lecture

Laisser les élèves observer la couverture pour qu’ils repèrent les informations essentielles (titre, auteur, éditeur).

Qui peut être la petite fille ? Qu’est-elle en train faire ? Que traduit l’expression de son visage ?

Aidés par le sous-titre, les enfants peuvent deviner qu’il s’agit d’Anna Pavlova, que sa vie va être évoquée dans l’album, ainsi que sa carrière de danseuse. Les yeux fermés du personnage indiquent une attitude à la fois sereine et concentrée, qui vient traduire son implication et sa passion pour cette discipline. Les enfants noteront certainement cette aile brillante et en relief qui représente le cygne et peut-être devineront-ils que ce dernier a constitué le rôle et le personnage emblématiques d’Anna.

Dans cet ouvrage, Laurel Snyder nous conte le destin hors du commun d’Anna Pavlova, ballerine russe née à la fin du xixe siècle qui, mue par son amour de la danse couplé à une volonté de fer, accédera au statut de meilleure danseuse de ballet classique au monde. La poésie qui émane du texte est renforcée par les sublimes illustrations à l’encre, à la gouache et aux crayons de Julie Morstad, exprimant avec sensibilité la capacité de cette femme talentueuse à vivre et transmettre sa passion ainsi qu’à s’extraire de sa condition sociale modeste, s’illustrant ainsi comme un modèle de détermination pour les enfants.

La Danse du Cygne

Jeux/activités
(à adapter en fonction de l’âge et de l’intérêt des enfants)

- Les enfants peuvent-ils repérer les mots en italique dans le texte ? Pourquoi l’auteure a-t-elle choisi de les différencier des autres ?

- L’histoire d’Anna Pavlova peut être l’occasion de faire découvrir la Russie aux enfants : connaissent-ils cet immense pays ? Qu’évoque-t-il pour eux ? Savent-ils le localiser sur une carte du monde ? On peut imaginer en faire une présentation rapide, notamment de la période où vécut Anna, celle de la Russie impériale.

- On peut également se concentrer sur Saint-Pétersbourg, véritable ville musée, et montrer aux enfants des photos de monuments emblématiques comme le théâtre Mariinski (dont la façade apparaît dans l’album, l’endroit où la passion d’Anna pour la danse est née), le musée de L’Ermitage, la cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé, etc.

- Si les enfants sont réceptifs, on peut leur montrer ou leur faire écouter quelques extraits de ballets célèbres : par exemple, La Belle au bois dormant de Tchaïkovski, premier ballet auquel assista Anna et qui changea sa vie. Et bien sûr, des images d’Anna Pavlova dans La Mort du cygne.

- Au fil de l’album, mais également dans la note finale de l’auteure, on apprend qu’Anna a dansé à travers le monde, pour des publics très variés, et dans des endroits parfois improbables : arènes, dos d’éléphant, etc. Les enfants peuvent-ils représenter Anna en train de danser dans un autre endroit original et inhabituel où elle aurait pu se produire ?

- Demander aux enfants d’imaginer Anna dans la peau d’un personnage qui n’est pas cité dans le texte et la représenter sur scène, à l’aide de la technique et des matériaux de leur choix, en train de l’interpréter.

L’illustrateur

Julie Morstad est canadienne. Connue pour son travail fantaisiste teinté de surréalisme, elle a reçu de nombreux prix dont le Elizabeth Mrazik-Cleaver Picture Book Award, le Marilyn Baillie Picture Book Award et le premier prix au Alcuin Society Awards for Excellence in Book Design. Elle vit à Vancouver.

L’auteure

Auteure de livres illustrés, de romans et de plusieurs recueils de poésie, Laurel Snyder a grandi à Baltimore (Maryland, États-Unis) où elle a étudié la danse au Peabody Institute, au Caryl Maxwell Ballet et au Cultural Arts Institute. Elle vit aujourd’hui à Atlanta (Géorgie, États-Unis) où elle pratique encore la danse, le plus souvent dans sa cuisine…

Compréhension du texte

Comment est décrite Anna dans la première page du texte ?
« Anna est petite », « Anna a froid » : a priori, elle apparaît comme une petite fille fragile.

Quels indices indiquent que l’histoire se déroule en Russie ?

La neige recouvre tout. Anna et sa mère se déplacent en traîneau. Les enfants connaissent-ils la Russie ?

Malgré la neige, le froid et l’obscurité, l’ambiance est-elle triste ?

Non, car la maman d’Anna sourit.

Où se rendent Anna et sa maman ?

Elles vont assister à un ballet.

Comment commence le ballet ?

« Une beauté endormie ouvre les yeux. » Cette scène/phrase évoque-t-elle un conte connu aux enfants ? Anna assiste à une représentation de La Belle au bois dormant. Elle peut également symboliser la naissance de sa passion pour la danse.

Comment réagit Anna devant ce spectacle ?

« Ses pieds se réveillent ! Sa peau picote. Une musique résonne soudain en elle. » L’émoi de la jeune fille est renforcé par les couleurs claires utilisées par l’illustratrice pour la représenter, en contraste avec les adultes aux vêtements et aux visages sombres.

En quoi l’attitude d’Anna change-t-elle après le spectacle ? Comment se comporte-t-elle au quotidien ?

La fillette est excitée et enthousiaste : elle ne dort plus, ne tient plus en place et passe son temps à danser.

Quelles réactions cela provoque-t-il dans son entourage ?

« Maman marmonne dans sa soupe. » On peut deviner que la mère d’Anna n’apprécie pas cette nouvelle passion que s’est découverte sa fille. Au contraire, « les écureuils s’arrêtent pour regarder » Anna, intrigués.

La maman d’Anna change-t-elle d’avis ?

Oui, elle consent à la laisser aller affronter le monde des adultes.

Que se passe-t-il ensuite ?

On comprend qu’Anna tente sa chance auprès de plusieurs écoles ou compagnies de danse, durant deux ans, sans succès : « Anna s’étire, attend son heure. »

De quoi se compose son quotidien ?

« Linge, linge, lessive. »

À quoi ressemble l’habitation d’Anna ?

Il s’agit d’un appartement modeste, peu meublé. On comprend qu’Anna vient d’un milieu pauvre.

Puis, que se passe-t-il finalement, grâce à la persévérance de la fillette ?

« Oui, ça y est ! » Grâce au public composé de ballerines et d’adultes qui l’observe, on comprend que le talent d’Anna a enfin été reconnu. À la page suivante, « le travail commence », on la voit s’entraîner avec ses professeurs et recoudre ses chaussons.

Que se passe-t-il quand Anna monte enfin sur scène ?

Elle « rayonne de lumière, de grâce. Tout le monde le ressent, et les lampes brillent plus encore. Le public retient son souffle ». Le public est conquis. Anna a beau avoir l’apparence d’une petite fille fragile, avec ses « jambes trop maigres » et ses « pieds tordus », elle met toute son âme et son talent au service de la danse et transmet une émotion incroyable.

Que se passe-t-il ensuite ?

Anna danse dans divers spectacles mais c’est au bout de cinq ans qu’elle a la chance d’interpréter le rôle de sa vie, celui du Cygne, qui la rendra célèbre et admirée dans le monde entier. Il peut être utile de donner des informations sur ce ballet aux enfants. Anna incarne tellement ce rôle à la perfection qu’elle devient le Cygne et le public semble fasciné.

Comment évolue le quotidien d’Anna lorsqu’elle devient célèbre ?

« Elle sillonne le monde », côtoie des gens riches et importants.

Sa personnalité change-t-elle pour autant ?

Non, Anna n’oublie pas ses origines modestes.

Comment décide-t-elle de mettre à profit sa notoriété ?

Elle choisit de parcourir le monde et de se rapprocher des plus démunis, de danser pour eux pour tenter d’alléger leurs souffrances et ainsi d’embellir le monde.

Les enfants peuvent-ils citer les différents personnages interprétés par Anna au cours de sa carrière ?

Une reine, un fantôme, un flocon de neige, une libellule et le fameux Cygne.

Quel geste d’Anna envers le public traduit sa passion, son amour pour la danse, ainsi qu’une forme de générosité ?

« Lorsque les gens lui jettent des fleurs, elle leur renvoie gentiment. Danser lui suffit. »

Malgré tous ces voyages et ce succès mondial, à quoi repense Anna ?

Elle repense à sa ville d’origine et à la maison où elle a grandi.

Qu’apprend-on sur la ville où elle est née et a grandi ?

Saint-Pétersbourg est troublé par la guerre civile et a été rebaptisé Petrograd. « Les grelots des traîneaux ne tintent plus dans les rues. » Sa maison n’existe plus. « Tout a changé. »

Comment réagit Anna face à ce triste constat ?

Grâce à sa force de caractère, Anna réussit à réinventer sa vie. L’illustration qui la représente en train d’enseigner la danse à un groupe de ballerines permet de deviner qu’elle a créé sa propre compagnie. Sa passion reste intacte, tout comme son désir de la transmettre.

Quel événement vient frapper Anna ?

Elle tombe malade. Ce n’est pas précisé dans le texte, mais elle contracte une pleurésie.

Anna peut-elle continuer à danser ?

Non, l’illustration la montre alitée et affaiblie.

Que se dit-elle à ce moment-là ?

Elle pense que sa passion pour la danse et sa détermination la sauveront, comme par le passé : « Elle fait appel à ses plumes. »

Que comprend-on en lisant l’avant-dernière double-page ?

« Tout oiseau finit par replier ses ailes » signifie que le cygne est mort, donc qu’Anna est morte.

Sur la dernière double-page, quels éléments symbolisent la douceur ?

Les plumes qui constituent les ailes du cygne et la neige.

Qu’évoque la dernière pensée d’Anna ? « Ah, si seulement chaque danse pouvait se terminer par des applaudissements aussi doux. »

Elle compare sa vie à un spectacle dont la mort constitue le dénouement. Cela montre à quel point la danse et la vie étaient pour elle entremêlées.